Amis de gauche

Je me suis reconnecté à Wikibrain, pour me rafraîchir un peu la mémoire. Un universitaire des années 20 a publié une somme sur « les gens de gauche ». Utile pour comprendre ces quelques lignes de Poussin le jeune:

Je suis toujours frappé, en présence de gens de gauche, de constater à quel point ils ont envie que le Bien existe. Ils ont tellement envie de se rassurer, oui, de postuler l’existence du Paradis, qu’ils en sont encore plus touchants que les croyants. Comme des petits phoques allant pour la première fois à la mer, la crainte au regard. Pour eux, ce monde si dur car ni ouvertement bon, ni ouvertement mauvais, les laisse orphelins du sein maternel. Souvent plus touchants que d’authentiques croyants: les gens de gauche n’ont pas la certitude de Dieu récompensant et châtiant.
Mais c’est là aussi leur perte: sans Justice transcendante, ils tâtonnent à sa recherche. Leur boussole: s’éloigner du Mal. Ce qu’ils comprennent en général au premier degré: ce qui est Mal, c’est ce qui fait mal. Un coup de pied au même niveau qu’Hitler, une déception amoureuse qu’une erreur de calcul de pilote d’avion. En l’absence de toute réflexion sur le mal nécessaire, les gens de gauche s’exposent sans cesse à se faire berner par le premier gentil autoproclamé venu. Yannick Noah qui paye ses impôts à l’étranger ne peut être un méchant fraudeur du fisc: il chante ses bonnes intentions. C’est pour eux un homme de bien, plus qu’un employeur qui se résout à licencier 30 salariés après 20 ans d’activité.
Alors les gens de gauche, ils vont voter Hollande. Ce dernier sera contraint à la rigueur, à la maîtrise des flux migratoires, à capituler devant les marchés. Mais cette évidence aussi mécanique que la rupture d’une branche sèche par temps de grand vent, les gens de gauche ne veulent pas y croire. Et même si la tempête devait frapper, ils sont persuadés qu’un gentil capitaine essaiera d’épargner un peu de souffrance aux plus faibles, même si pour cela il doit rendre plus improbable le redressement.
Ah! Les gens de gauche. Pacifistes en 1939, et tous surpris de retrouver dans le maquis dès 1940, et bien organisés, les affreux nationalistes leurs ennemis.
Du Vietminh à Cuba, du Printemps Arabe à Milosevic, c’est toujours en bonne conscience que mis face à leur pusillanimité, ils protestent leurs bonnes intentions.

Vous verrez, si l’échec d’Hollande amène un méchant Front National en 2017, ils seront encore là à vous reprocher d’avoir eu raison avant tout le monde. Vous aviez raison, mais tort de ne pas être gentil.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s