La gauche doit-elle reconquérir le vote blanc?

1. La gauche est majoritaire dans le vote populaire au second tour, certes. Majoritaire chez les cadres, aussi. Mais elle est minoritaire chez les catholiques, tandis qu’elle est hégémonique chez les musulmans.
Minoritaire chez les français de souche et sans origine extra-européenne, hégémonique chez les français dits « minorités visibles ». (Opinion way, plus de 9000 répondants)

2. La gauche doit ainsi sa victoire à ce peuple nouveau, qui vote à gauche parce qu’il ne veut pas être pointé du doigt, mais qui par son vote montre qu’il se distingue du peuple traditionnel, réponse automatique au doigt pointé. La conséquence et la causalité tournent en rond. (Nouveau peuple : théorisé par Terra Nova, club de réflexion proche du Parti Socialiste)

3. La gauche est le porte-voix d’une noble idée, celle de la nation contractuelle. Le problème, c’est que nouvellement et anciennement venus ne sont pas d’accord sur les termes du contrat.

4. Quand la droite tente de développer un discours assimilateur, elle invite l’immigration récente à franchir la barrière mentale -culturelle aussi pour l’extrême-droite- qui la sépare du corps traditionnel.

5. Quand l’immigration récente vote massivement à gauche, elle invite le corps traditionnel à se faire à l’idée que le trait d’union entre les citoyens n’est pas à trouver dans leurs goûts, mais dans leurs droits.

6. Ces deux visions sont soutenues par deux idées distinctes de la solidarité: elle est naturelle (ou obligatoire) vue de gauche, peu importe les affinités. L’attitude de solidarité suffit à engager la réciproque.
Elle est d’autant plus intense et sincère, vue de droite, qu’elle se fonde sur des opinions communes, des intérêts communs, des valeurs communes, et en définitive une vision partagée de l’avenir.

7. Le hic de la vision de gauche, c’est que la simple existence d’une vision de droite régulièrement majoritaire suffit à invalider le postulat selon lequel les bonnes intentions sont payées de leur monnaie. Pire: en son sein même, des Indivisibles aux associations communautaristes, de la gauche caviar au soutien (relatif) des islamistes, c’est plus le droit à se délier des obligations communes qui grignote du terrain et parasite les esprits. La liberté de l’individu de s’associer à d’autres pour se libérer de certaines contraintes sociales et légales en vient à trahir l’idéal progressiste tel qu’énoncé depuis Rousseau.

8. Le hic de la vision de droite, outre qu’elle se heurte à 60 ans de définition des droits humains -souvent en contradiction de la déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789, cf religion-, c’est de ne pas croire à la bonté spontanée des contractants, ce qui évidemment s’applique aussi à la volonté de s’assimiler. Des lors sa vision repose sur le coercitif, et in fine l’ethnique ou le racial offrent les meilleurs résultats. Et alors, comment empêcher d’autres de raisonner selon le même principe agrégateur? Le refuser, c’est  aller au totalitarisme, et l’histoire des Morisques d’Espagne -ou de ces crypto-Juifs découverts récemment au Portugal- le montre, le soupçon perdure. Inversement, le tolérer c’est accepter ce multiculturalisme refusé au début.

9. Revenons à la politique: comment reconquérir le vote blanc, à gauche? Car à terme, on risque de cristalliser deux peuples. Déjà les critères socio-économiques , religieux et de séparation spatiale sont des déterminants forts du choix de société. Cela veut dire que peuple de gauche et de droite différent dans leurs choix, mais pire, se cotoyent de moins en moins.

10. Ou, autre hypothèse pour éviter la scission: reconquérir le vote coloré par la droite. Quelques pistes: expliciter ce que l’on entend par assimilation; expliciter un parcours d’assimilation; mettre en place l’aide et le soutien nécessaire, sur la base de la gratuité; se mouiller la chemise et aller avec bienveillance à la rencontre de ce peuple nouveau; être intraitable sur la discrimination qui perdure une fois assimilés, et celle qui pourrait compromettre le parcours d’assimilation; pour ne pas susciter des vocations hypocrites, expliciter le sort de ceux qui n’ont pas vocation à s’assimiler, ce qui implique bien sûr la refonte du code de la nationalité; en contrepartie, accorder le droit de vote aux étrangers aux élections locales, mais avec possibilité de recours au préfet quand des politiques contraires à la République sont mises en œuvre.

11. Reconquérir le vote blanc, coloré, et si possible refondre la nation avant qu’elle ne se scinde pour de bon. De droite, j’ai des amis et des connaissances qui ne me parlent plus depuis mon choix électoral. Ça leur passera, mais c’est révélateur. Je suis inaudible, donc inexistant. Inversement, je constate que nombre de compagnons sont indifférents aux mots des populations colorées. Cette attitude aussi est mauvais signe.

Note 1: le sondage complet Opinionway ici

Note 2: les juifs de Belmonte, Portugal ici

Note 3: une étude de l’INED montre que la couleur de la peau est un bon prédictif du choix partisan.

Note 4: l’extrême-gauche communiste avait ceci en commun avec la droite que l’homogénéité des inclinaisons fortifiait le peuple, mais en vue d’éradiquer les injustices. La fin de la lutte des classes, l’avènement de la classe unique en était le parachèvement. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s